Découvrez ce que les français pensent de leur chaîne alimentaire

Comment les résultats des Etats Généraux de l’Alimentation conditionneront-ils l’avenir?

Souvenez-vous. Les Etats Généraux de l’Alimentation (EGA) conduisent depuis cet été une réflexion participative sur le thème de l’alimentation, de la fourche à la fourchette. Quatorze ateliers thématiques ont été menés dans le cadre de deux chantiers: la création et la répartition de la valeur, et une alimentation sûre, saine, durable et accessible à tous. Pour les alimenter (sans vouloir faire de jeu de mots), une consultation publique s’est déroulée du 20 juillet au 10 novembre 2017 sur dix sujets phares.

Chacun d’entre eux est abordé sous trois angles: le problème, les causes, les solutions. La participation fut gratuite et ouverte à tous: il suffisait de se créer un compte (y compris sous pseudonyme), puis de voter pour les causes et solutions déjà suggérés ou d’en proposer de nouveaux sous forme de contribution. La présentation permet de visualiser les votes en faveur et en défaveur des propositions émises. Elle mentionne aussi les pseudos de leurs auteurs. C’est ainsi que l’on découvre, en plus des contributions individuelles, une proportion significative de participation de professionnels (UFC Que Choisir, Confédération Paysanne, l’ANIA…). Il y a ainsi eu plus de 17000 contributions, 163000 votes et près de 1800 solutions proposées. Cela semble beaucoup, mais cette participation est à mettre en perspective: nous sommes tout de même plus de soixante millions de français.

En guise de préambule, voici d’ores et déjà un aperçu des participations:

Consultation Nombre de contributions Nombre de votes Nombre de solutions proposées
Comment rémunérer plus équitablement les producteurs ? 3549 33565 310
Comment mieux intégrer la réalité des coûts de production ? 955 8114 101
Comment accompagner la transformation de notre agriculture ? 4100 42772 378
Comment mieux informer les consommateurs ? 2000 18792 214
Comment renforcer la sécurité sanitaire de l’alimentation ? 1748 19512 155
Comment favoriser l’accès du plus grand nombre à une alimentation suffisante et saine ? 1024 7572 183
Comment soutenir des modes de consommation plus responsables ? 2240 21462 220
Comment valoriser le modèle alimentaire français ? 559 4679 96
Comment accompagner la stratégie d’internationalisation de nos entreprises dans le respect des enjeux environnementaux, sociétaux et sanitaires ? 420 3686 72
Comment renforcer la politique française de coopération et d’aide au développement en matière d’alimentation ? 418 3334 60

Comme vous le voyez, certains thèmes furent particulièrement populaires: comment rémunérer plus équitablement les producteurs? Comment accompagner la transformation de notre agriculture? Comment soutenir des modes de consommation plus responsables? Ils récoltent à eux trois plus de la moitié des contributions, votes et solutions proposées. S’agit-il de sujets préoccupant davantage les français, ou de ceux qui font l’objet de davantage de désaccords?

La synthèse détaillée des résultats, disponible sur le site www.egalimentation.gouv.fr à partir du 15 décembre 2017, devrait être instructive et décisive. En effet, l’Etat a clairement annoncé que ces résultats serviront à définir une feuille de route nationale.

Publicités

La théorie du meilleur choix

J’affectionne de les articles du magazine Pour la Science. Celui-ci, en particulier, trouve de nombreuses applications au quotidien: « Savoir quand s’arrêter« .

Par exemple, pour un acheteur, comment trouver le meilleur fournisseur d’un produit sans devoir tous les auditer? Et pour un DRH, comment dénicher le meilleur candidat pour un poste sans tous les rencontrer? L’article présente cette notion avec humour: pour une femme, comment choisir le meilleur mari? Il présente même une variante: comment s’enrichir lorsqu’on s’ennuie dans une caserne?

D’un point de vue purement mathématique, voici la méthode pour maximiser vos chances de faire le meilleur choix: vous examinez environ un tiers des cas sans en retenir aucun. Puis, parmi les suivants, vous choisissez le premier qui soit meilleur que tous les précédents. Par exemple, parmi 10 fournisseurs, vous en auditez trois sans les retenir, puis vous continuez vos audits et vous choisissez le premier qui soit meilleur que tous ceux vus avant.

Cette technique ne vous garantit pas de sélectionner la crème de la crème systématiquement, mais elle maximise vos chances d’y arriver. Ce sont des statistiques, donc cela postule bien sûr que l’on ne peut examiner qu’un cas à la fois, qu’on doit choisir au moment de sa découverte si on le sélectionne ou pas, que l’on ne dispose pas d’indices à l’avance et que la taille du vivier est connue à l’avance.

Toujours est-il que c’est amusant… Et parfois utilisable, n’est-ce pas?