Qu’est-ce qu’un ingénieur agro?

apple-ipad-551502Tout d’abord, c’est un ingénieur. Son diplôme est reconnu par la Commission des Titres d’ Ingénieur, lorsque son école y cotiseVous pouvez, par cet intermédiaire, vérifier qu’une personne a bien ce diplôme. Plus précisément, si son nom figure dans cette liste, il/elle est bien ingénieur, mais s’il n’y figure pas, il faut vérifier si son école est adhérente ou ps.

Ensuite, il existe plusieurs diplômes communément surnommés « ingénieur agro« :

  • les ingénieurs agronomes. Leurs activités se trouvent surtout centrées sur l’agronomie: agriculture, sylviculture, pêche, aménagement du territoire, environnement…
  • les ingénieurs agroalimentaire, ce que je suis (voir ici ma formation). Nous sommes formés à travailler dans la transformation des aliments. Lorsque j’ai eu mon diplôme, en 2003, nous avions 4 grands débouchés: recherche et développement (« R&D »), marketing, production et qualité.
  • les ingénieurs en restauration, apparus plus récemment. Eux se concentrent davantage, comme leur nom l’indique, sur la restauration collective et commerciale qui requièrent de plus en plus de questions techniques et scientifiques.
  • les ingénieurs en alimentation et santé se développent également. Ils sont préparés à appréhender les liens entre l’alimentation et la santé, qui préoccupent de plus en plus particuliers et professionnels. Beaucoup travailleront ultérieurement dans la qualité, la communication, le marketing, éventuellement en R&D.

Pourquoi devenir ingénieur plutôt que technicien?

Le technicien sera immédiatement opérationnel. Certains sont des autodidactes passionnés qui proposeront des services proches de ceux des ingénieurs.

L’ingénieur sera évolutif et polyvalent. Il saura appréhender des problématiques plus complexes, avoir une vue d’ensemble. Il a été recruté par sa formation pour ses capacités de travail, ses bons résultats (la plupart ont fait une prépa et les autres étaient plutôt en tête de promo de leurs bacs +2/3), son attitude autodidacte et proactive. Ses études l’ont préparé à la gestion de projets, l’ont formé à des matières variées. Son diplôme peut en outre être un gage de crédibilité envers vos parties prenantes.

Par exemple, un responsable qualité technicien saura créer et faire vivre un Plan de Maîtrise Sanitaire comprenant, notamment, des analyses microbiologiques de certaines denrées. Mais saura-t-il utiliser un plan d’expériences pour vous faire faire le moins d’analyses possible avec une efficacité pertinente? A ce jour, les mathématiques en bac + 2/3 ne vont pas jusque-là. Dans un autre registre, combien de techniciens peuvent effectivement travailler en anglais? Moi, je peux toujours 😉

Pourquoi devenir ingénieur agro plutôt que docteur vétérinaire?

Tous deux nécessitent une prépa ou équivalent (bac + 2 réussi, et concours).

Les vétérinaires ont fait des études plus longues de deux ans, mais une grande partie de cette formation est dédiée à la santé animale. Leurs quatre premières années après entrée dans l’école sont en effet communes pour tous les vétérinaires. Ce n’est que la cinquième et dernière année qu’ils se spécialisent dans les animaux de production, de compagnie, les équidés, la santé publique vétérinaire, la recherche ou l’industrie.

Comme dit plus haut, un ingénieur agronome aura des compétences plus approfondies en agriculture ou en écologie, un ingénieur agroalimentaire sur la transformation des aliments, etc. Les ingénieurs auront généralement reçu un enseignement plus poussé sur certains sujets. En voici quelques-uns en vrac concernant ma formation: mathématiques, informatique, génie des procédés, automatique, physico-chimie des aliments, biochimie, gestion du froid, des emballages, des déchets, éco-conception, écologie, traitement des eaux, management, langues, économie, droit, marketing, RSE/développement durable, voire santé et sécurité au travail… Bref, nous sommes davantage orientés vers le service aux entreprises et la polyvalence.

Le recrutement d’un docteur vétérinaire est parfois privilégié par des employeurs qui espèrent faciliter relations avec les Services Officiels, puisque ce sont leurs confrères, au service de l’Etat, qui les contrôlent. Ils se reconnaissent mutuellement une bonne crédibilité.

Publicités