30 repères pour manger responsable

Manger responsable, est-ce possible? OUI, répondent Elisabeth Laville et Marie Balmain. Celles-ci ont co-écrit un livre à ce propos, intitulé Un régime pour la planète. Je précise que ceci n’est pas un article sponsorisé et qu’il ne contient pas de lien sponsorisé. J’ai aimé cet ouvrage, alors je le recommande.

Alors même que l’alimentation représenterait plus d’un tiers de notre impact écologique, il est parfois difficile de savoir par où commencer pour consommer plus responsable. Ce livre a vocation à vous permettre d’entamer la démarche, en présentant 30 pistes d’actions. La notion de « responsable » est ici abordée correctement, englobant à la fois le développement social, environnemental et économique.

Vous découvrirez ici comment mieux choisir vos aliments tels que le sucre, les œufs, le poisson, certains fruits et légumes, les viandes, les crevettes, etc. Un chapitre entier est également dédié au choix des boissons: bière, vins, jus de fruits, eaux, café, … Au-delà du zoom par type de produit, sont abordées des thématiques transversales: impact des transports, des modes de production, de certains labels à l’instar de ceux du Commerce Equitable. L’ouvrage donne des pistes pour encourager notamment la préservation de la biodiversité. Enfin, il préconise des habitudes responsables: préparer les justes quantités pour limiter le gaspillage, optimiser ses courses…

J’ai particulièrement aimé: le ton positif du discours, et sa ponctuation fréquente par des données chiffrées. Les chapitres sont tous conçus sur le même modèle: une introduction, puis des paragraphes intitulés: « Le saviez-vous?« , « Bonnes nouvelles! » et « Ce que vous pouvez faire« . Il relie en quelques pages l’abstrait au concret. D’ailleurs, l’ensemble de l’ouvrage ne dépasse pas les 250 pages, ce qui permet de le lire rapidement. La structure des chapitres permet de le lire dans le désordre, en commençant par les sujets qui nous attirent le plus. Inutile d’être un grand spécialiste pour le lire: il est accessible au grand public. Et motivant! Cerise sur le gâteau: le livre est imprimé sur papier FSC mais pour un usage encore plus responsable, n’hésitez pas à demander à votre bibliothèque municipale si elle peut se le procurer.

Ce qu’il manque aujourd’hui, à mon sens, c’est une actualisation et un étoffage de ce travail. Il a été publié en 2007, donc les données chiffrées pourraient aujourd’hui être mises à jour. J’aimerais que les aliments abordés soient beaucoup plus nombreux et plus détaillés, de même que leur mode d’achat, de préparation et de consommation. Par exemple, le chapitre dédié à l’huile de palme fait état de son triste impact en matière de développement durable. Il recommande d’en consommer le moins possible, mais aussi, je cite, d' »utiliser votre pouvoir de consommateur pour encourager la transition vers des systèmes de production d’huile de palme minimisant les impacts négatifs sur l’environnement et les personnes« . Or, WWF a récemment initié un système de certification d’une huile de palme responsable, nommé RSPO. Il fut accompagné de fondateurs tels que l’entreprise Unilever. Depuis 2014, l’Indonésie a également créé sa propre certification: ISPO. Enfin, il existe aussi des modes de production bio pour ce produit. Des entreprises comme Carrefour ou Nestlé se sont engagées à utiliser de l’huile de palme responsable. Lorsque de si grands groupes s’y mettent, ils ont un impact significatif sur la filière. Qu’en penseraient E. Laville et M. Balmain si elles devaient à nouveau écrire sur ce sujet? Cette réflexion pourrait être menée pour de nombreux autres produits et thèmes transversaux en rapport avec l’alimentation.

A propos des auteurs, ces deux personnes ont fondé ensemble Utopies et Graines de changement, qui fournissent du conseil en développement durable (R.S.E. ou R.S.O.) à l’attention des entreprises -telles que le Groupe Accor– aussi bien que de l’ensemble de nos concitoyens, par exemple à travers le très intéressant site mescoursespourlaplanete.com. Vous constaterez sur Amazon qu’elles ont co-signé plusieurs ouvrages. Elles ont des liens avec de grandes entreprises: par exemple, Marie Balmain est à ce jour Directrice R.S.E. (Responsabilité Sociétale des Entreprises) pour Pierre et Vacances, et Elisabeth Laville siège notamment au conseil d’administration de Nature et Découvertes. Vous pouvez découvrir ici un de ses discours.

Et vous, quelles sont les principales questions que vous vous posez sur les liens entre l’alimentation et le développement durable?

Publicités

Un commentaire sur « 30 repères pour manger responsable »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s