Le mystérieux avenir de notre Méditerranée

J’attire aujourd’hui votre attention sur la synthèse européenne Croissance bleue: la Méditerranée face au défi du bon état écologique, publiée par WWF et relative à l’année 2015 (document disponible intégralement et gratuit).

Le contexte:

En 2007, la Commission Européenne a mis en place un Livre Bleu ayant pour but de proposer une Politique Maritime Intégrée (P.M.I.) à l’échelle européenne. Elle dispose d’une Directive-Cadre Stratégie pour le Milieu Marin (D.C.S.M.M.) depuis 2008, fixant pour but un Bon Etat Ecologique dans toutes les eaux marines européennes pour 2020. Cinq secteurs sont particulièrement visés pour soutenir une croissance durable: aquaculture, tourisme côtier (dont croisière et plaisance), biotechnologies marines, énergie marine et exploitation minière des fonds marins.

En résumé

Nous assistons de nos jours à un fort développement économique de la zone: plus d’échanges commerciaux, augmentation de la classe moyenne et donc du tourisme méditerranéen, de plus en plus de contrats hydrocarbures offshore, … Vraisemblablement, tous ces secteurs, hormis la pêche professionnelle, se développeront encore ces quinze prochaines années. On craint notamment des conflits d’utilisation de l’espace, et une pression de différents secteurs sur l’écosystème marin, au risque d’altérer les stocks halieutiques et les écosystèmes correspondants. On estime, je cite, que « les conditions pour atteindre le Bon Etat Ecologique en mer d’ici 2020 ne seront pas réunies pour 7 des 11 descripteurs de la D.C.S.M.M. ». Ce rapport insiste fortement sur la nécessité de prévention ou la réduction des impacts environnementaux et la mise en oeuvre d’un usage durable de l’environnement marin. Il soulève aussi qu’il manque « des lignes directrices sur ce qu’est une croissance bleue durable dans la pratique ».

Prochains évènements

On attend pour le 18 septembre 2016 au plus tard que tous les Etats Membres aient transposé une directive du 23/07/2014 établissant un cadre pour la planification de l’espace maritime. Les acteurs doivent en effet se mettre d’accord sur de nombreux sujets, tels que les objectifs que l’on se donne en Europe pour mettre en place une économie circulaire, la transition vers les énergies renouvelables, le soutien à la pêche responsable et durable, l’application du principe de précaution, les conditions à réunir avant tout développement d’activité offshore, ou encore la conciliation entre le trafic maritime et les autres parties prenantes. Autant de thèmes cruciaux pour l’avenir de notre Méditerranée.

Affaire à suivre…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s